Préambule

J'aime bien inspirer des auteurs, susciter des débats, lancer des idées, partager des sujets. Comme j'ai pris l'habitude de le faire régulièrement, mon blog, tout en étant le même, ne me ressemblait plus vraiment. Les invités s'accumulaient, on ne voyait plus le papier peint ; j'ai donc décidé de faire de la place et de les coller au plafond.

Pour commencer, la rubrique Blogs et... va se poursuivre ici.
(Les anciens messages et la plupart de leurs commentaires ont été transférés ici)

Bienvenus et merci à tous les participants

jeudi 18 décembre 2008

Blog et corps

[Contribution d'Olympe]

Lorsque Zoridae m’a proposé d’écrire un texte sur son blog j’ai dit oui sans réfléchir pensant que passer de mon plafond de verre (c’est le titre de mon blog) au sien, plein d’araignées, ne pourrait que me faire du bien.

Mais je suis restée sans voix lorsqu’elle m’a donné le thème « Blog et corps ». Elle ne s’en est pas aperçue bien sûr puisque de blog à blog on n’entend pas les gens crier ou rire ou rester silencieux.

« Blog et cerveau « m’aurait bien davantage inspirée et j’aurais facilement pu écrire plusieurs pages parce que bloguer est une activité éminemment cérébrale. Il serait intéressant par exemple de connaître les parties du cerveau mobilisées par cette activité : l’hémisphère gauche, celui qui est rationnel ou le droit celui qui est intuitif ? le préfrontal intellectuel ou le limbique émotionnel ? Pour savoir cela il suffirait de placer la tête d’un blogueur (en train de bloguer) dans une machine et d’observer sur un écran les zones qui changent de couleur. Je ne suis pas certaine qu’il y aurait beaucoup de volontaires pour faire avancer la science sur un sujet aussi futile. C’est dommage ça permettrait de savoir si les blogueurs doivent ou non être pris au sérieux. Imaginez que l’on s’aperçoive qu’ils utilisent les circuits de la récompense les mêmes que ceux que l’on voit devenir rouges sur l’écran lorsqu’un rat appuie sur une pédale de manière frénétique pour obtenir des doses de cocaïne, on en conclurait que bloguer n’est qu’une addiction. Imaginez, qu’au contraire les neurones qui s’agitent soient ceux qui engendrent l’action et la révolte. Il y aurait là de quoi justifier pour un gouvernement soucieux de son avenir la mise en place d’une surveillance.

Mais « Blog et corps » ? Y a-t-il une autre activité, aussi intense, qui fasse aussi peu intervenir le corps ? Je suis assise devant mon ordinateur et seuls mes doigts (et encore pas tous) et mes yeux sont en mouvement. Certes ma gorge déglutit, mon cœur bat, mes poumons respirent et mon repas finit de se digérer mais tout cela est habituel et sans aucun rapport avec le blog.

Je sens bien que ma chaise est un peur dure et mon dos commence à me le faire savoir, que mes yeux fatiguent à ne voir que des pixels et les picotements que je sens quelquefois dans les doigts sont peut être le signe d’une augmentation de la pression dans mon canal carpien.

Pas de quoi en écrire un texte.

Zoridae, qui connaît mon blog m’a donné une piste « tu pourras parler de la différence de sexe ». C’est une piste, mais le corps ce n’est quand même pas que le sexe.

J’ai donc passé du temps à surfer, frénétiquement moi aussi, avec en tête une question « quels rapports ont ces blogs avec le corps ? », « que me disent-ils sur le corps de leur propriétaire ? sur le mien ? ».

Cela n’a pas arrangé mon canal carpien .

Première constatation, le blog ne dit pas grand chose sur le corps de celui ou celle qui l’écrit. Hormis si il s’intitule « blog d’une ronde » et même si la page d’accueil montre une photo, rien ne me dit que ce n’est pas celle du voisin ou de la voisine.

J’ai longtemps cru par exemple que « de tout et de rien… » était le blog d’une femme, je l’avais même linké à ce titre, au seul motif que j’y voyais une bannière « blog de meufs ». Quand j’ai compris qu’il s’agissait d’un homme je me suis sentie trahie, mais je me suis surtout interrogée. Comment ai-je pu être aussi facilement abusée ? En y regardant bien le seul indice que je n’avais pas vu est d’ordre grammatical. Gaël parle de lui au masculin .

J’ai regardé les blogs qui parlent de sexe (moi qui, je le jure, n’ai jamais acheté Play boy ou Play girl) et je dois dire que ceux qui sont écrits par des femmes (ou qui se présentent comme tels puisque je ne sais pas qui les écrit) m’ont…intéressée. Mais lorsqu’ils s’égarent dans la description d’ébats récents comment faire la différence entre de vrais ébats et des fantasmes ? pour le lecteur il n’y en a pas. Si ça se trouve il n’y pas non plus de différence pour l’écrivain(e). En tout cas, j’ai bien senti quelques augmentations de pression ailleurs que dans mon canal carpien.

Au final, j’en suis revenue à mon idée de départ : tout passe par le cerveau. Il y a à l’intérieur ce que les scientifique ont appelé des neurones miroirs. Ils reproduisent virtuellement ce que l’on observe chez l’autre. Si l’autre est triste nos neurones tristes s’agitent cela s’appelle l’empathie, si on regarde quelqu’un jouer au tennis comme un dieu ou une déesse notre cerveau refait virtuellement les gestes et notre revers s’améliore sans que nous n’ayons rien de plus à faire.

Grâce à Zoridae j’ai découvert, qu’ils fonctionnent également à la seule lecture d’un blog mais ce sont des émotions qu'ils génèrent : je ressens de la colère ou au contraire de l'optimisme à la lecture de certaines informations, de la compassion pour certains qui parlent d'eux. Et les émotions, mais c'est bien sûr, elles mettent en jeu le corps non ? Oui, mais les viscères surtout.

Il reste une expérience à tenter. Un blog dont l'auteur(e) se mettrait en scène plutôt que d'écrire, pas pour parler non mais pour montrer comment elle fait du sport, comment il ou elle embrasse, comment il travaille, comment il prend sa douche, comment elle blogue..

Bon, à propos, mon canal carpien va très bien...de toute façon vous ne pouvez pas savoir si c'est vrai ou faux.

7 commentaires:

mtislav a dit…

J'aime bien le corps de ton texte. Et je ne lui ferais pas un sort.

balmeyer a dit…

Bravo ! Tu t'es rudement bien sortie de cet exercice, je trouve.

A la base, j'avais hérité de ce sujet, mais j'ai fait un scandale : "blog et corps ?" et pourquoi pas "blog et hélicoptère" ou "blog et culturisme" ? :-)

L'image des rats avec les "circuits de la récompense" est bien trouvée ! C'est parlant, ce côté bonbon / plaisir immédiat qu'on peut ressentir, parfois !

Marie-Georges Profonde a dit…

A propos de "l'exercice" dont parle Balmeyer, autre que celui qui, comme tu le soulignes fort justement, fait défaut au blogueur collé à sa chaise, j'entrevois dans ton billet son thème double : "blog et sujet imposé".
Quelle sadique, cette Zoridae !
Néanmoins j'ai envie de partir dans la discussion en tous sens :
- tu m'as fait rire avec ta partie "blog et cerveau" et j'ai bien peur de n'être, la plupart du temps, qu'un rat qui a trouvé sa roue...
- Je trouve génial que Gaël ait mis une bannière "blogs de meufs", que moi en revanche, je refuse d'arborer, par rejet de la catégorisation "blog de fille" (Je préfère "blog féministe" qui reflète mes idées plutôt que mes chromosomes)
- Tu as déjà trouvé des blogs érotiques excitants, sérieux ? Des noms ! Je cherche encore... Et quand j'en lis un, je conclus qu'il est très difficile d'écrire sur le sujet ET d'être excitant, à se demander s'il ne se produit pas soit l'un, soit l'autre (les poêles de Dorham m'excitent plus que les poils de Bidulette32).

Dorham a dit…

Balmeyer,

ne la ramène pas, on t'attend toujours.

Chouette texte vraiment, plein de détours et de sérénité. Sur un sujet presque pire que le mien (mais au moins, le tien, on y comprend tout, ce n'est pas négligeable)...

Comme quoi, on a vraiment pas besoin d'en avoir pour en avoir...

Le coucou a dit…

Le sujet était particulièrement casse-pipe, mais vous l'avez traité superbement!

unevilleunpoeme a dit…

Heureuse et douce année 2009 à vous...

AnneCaro a dit…

J'ai été très émue par votre billet...
Oui, c'est la réponse à la commande copain qu'il ne faut pas trahir mais qui gonfle.

On commence à l'aveugle. On trouve une idée, une autre... Bref, on montre son désordre et il y dedans tant beaucoup de générosité que de talent. Super. Caro