Préambule

J'aime bien inspirer des auteurs, susciter des débats, lancer des idées, partager des sujets. Comme j'ai pris l'habitude de le faire régulièrement, mon blog, tout en étant le même, ne me ressemblait plus vraiment. Les invités s'accumulaient, on ne voyait plus le papier peint ; j'ai donc décidé de faire de la place et de les coller au plafond.

Pour commencer, la rubrique Blogs et... va se poursuivre ici.
(Les anciens messages et la plupart de leurs commentaires ont été transférés ici)

Bienvenus et merci à tous les participants

mercredi 29 octobre 2008

La loi du milieu

[Contribution d'Eric Mainville]

Il existe une Loi dans le petit milieu des blogueurs. Cette loi est tacite, mais infrangible, inviolable, à moins d'y laisser sa peau.
Cette loi tient en une phrase: un blogueur ne critique pas un autre blogueur.

C'est la vérité. On croit souvent que les blogueurs sont des individus irascibles qui passent leur temps à râler contre tout et, hélas, à l'écrire sur leur blog. Mais ce qu'on oublie c'est que les blogueurs ne se critiquent jamais entre eux. C'est la loi du milieu.

Vous me direz, c'est pareil dans toutes les communautés, toutes les corporations.
Un footballeur ne critique jamais un confrère, car il sait qu'un jour où l'autre il peut être transféré dans le même club que lui. Et, alors, il lui faudra rendre des comptes. Ou bien il affrontera lors d'un match le joueur qu'il a critiqué, et dans ce cas, bonjour les représailles au niveau des protèges-tibias.
Même chose chez les écrivains: ils se méprisent entre eux, mais pas un n'aurait l'idée stupide de l'avouer dans le Magazine littéraire. Dans les salles des profs, c'est pareil: tout le monde s'aime...

La seule différence, c'est que les blogueurs sont plus nombreux.
Et cette différence est énorme.
C'est ce qui transforme la blogosphère en immense jeu de big brother. Critiquer quelqu'un, c'est s'exposer à être critiqué par d'autres, puisque tout le monde peut nous voir.
La loi du milieu, "un blogueur ne critique pas un autre blogueur", s'explique par la structure même des blogs.

Je repèrerai deux phénomènes (il y en a d'autres).
Il y a d'abord ce qu'on pourrait appeler l'effet technorati. Connu dans le domaine de la publicité sous l'appellation "bad publicity is publicity". Critiquer quelqu'un, c'est lui faire de la pub. Dans le cas des blogs, pour critiquer, il faut citer. Cette citation est comptabilisée par les moteurs de recherche, et notamment par technorati, le moteur de recherche des blogs. Une critique égale un vote. Voilà pourquoi les blogueurs y réfléchissent à deux fois avant de rentrer dans le lard d'un confrère.
Il s'ensuit que la pire critique, pour un blogueur, est d'ignorer. Ignorer superbement le moucheron qui vous tourne autour et cherche à vous faire réagir en vous critiquant. Ignorer aussi les flatteurs...

Le deuxième phénomène qui explique que les blogueurs critiquent rarement leurs semblables est ce qu'on peut appeler la force virale des trolls.
Critiquer quelqu'un, c'est mettre le doigt dans un engrenage. Une critique appelle une réponse, voire deux, trois, dix réponses. On croyait envoyer un message à un importun, on s'aperçoit qu'on a tapé dans une fourmilière. On a réveillé un réseau, alerté un essaim de trolls, déclenché une "blog war".

Je me souviens, récemment, d'un blogueur qui avait eu l'idée, stupide et suicidaire, d'attaquer frontalement un blogueur politique influent. Le présomptueux était allé jusqu'à poursuivre son adversaire sur son propre blog.
Sachant que ce dernier charrie derrière lui une tripotée de trolls plus véhéments les uns que les autres, l'issue du combat était prévisible. L'assaillant fut submergé, noyé sous un flot de commentaires tels qu'il dut hisser le drapeau blanc. Il rentra sur son blog la tête basse et décida de ne plus parler de politique nationale. Trop dangereux!

Personnellement, il m'arrive de regretter l'existence de cette loi du milieu propre aux blogs. Mais, va, c'est la vie! Chacun a la mafia qu'il mérite...

19 commentaires:

Nicolas a dit…

Prem's.

Et pas nécessairement d'accord avec Eric pour ce qui me concerne (uniquement) : je n'arrête pas de critiquer...

Bobiyé.

Gaël a dit…

deux' !

je ne critique que rarement parce que ce n'est pas dans ma nature

Nicolas a dit…

Je fais pas exprès, je suis comme ça... et c'est après seulement que je mesure les conséquences...

Marie-Georges Profonde a dit…

"Dans la salle des profs c'est pareil, tout le monde s'aime". Euh... Non, on évite de s'étriper au boulot, ce qui est un peu différent.
C'est drôle ta conclusion, en te lisant j'ai l'impression qu'à certains moments tu déplores une absence de critique entre blogueurs et à d'autres moments non.
Les blogueurs sont plus nombreux que les profs, les écrivains et les footballeurs réunis ?
Comme je lis des blogs que j'aime, il m'arrive rarement de trouver critique négative à émettre, là-dessus tu as raison. Mais si j'atterris à NLF, par exemple, c'est différent !
Et quand on n'aime pas on peut aussi aller surfer plus loin, on n'a pas non plus le temps de donner son avis sur tout.
Voilà ce que m'inspire ton billet :)
Ah, aussi :
Je trouve aussi que le mot "critique" n'a pas une définition si stable que cela. Quand je dis à Zoridae "je n'aime pas le mot flavescence dans ton texte", pour moi c'est émettre une critique. D'autres pensent qu'une critique, c'est au minimum quand on commence par dire "c'est n'importe quoi...", voire quand on attaque la personne.
Critiquer, c'est quoi pour vous ?

Didier Goux a dit…

Si un blogueur ne critique jamais un autre blogueur, c'est que je ne dois pas être blogueur, alors...

Éric, je crois que vous êtes à côté de la plaque, là. Ou alors, nous ne lisons pas vraiment les mêmes blogs, ou bien encore vous ne jetez jamais un oeil en direction des commentaires.

Dorham a dit…

Je ne crois pas qu'Eric se plante. Il dresse un constat général, édicte une règle.

Il dit par exemple que la règle stipule qu'il ne faut pas "critiquer" un blogueur mais exprime aussitôt l'idée de transgression générale via la blogwar.

Autrement dit, il définit une loi qui, comme chacun sait, implique toujours sa violation. Il oppose la règle et le chaos.

C'est donc tout à fait juste : le fait que la règle existe précisément ne signifie pas qu'il se trouve ici et là des blogueurs pour jouer les hors-la-loi. Que l'on nommera troll pour l'occasion : troll qui trolle, non-troll qui trollé devient troll à son tour ; embarquant sa troupe qui devient alors meute.

Les mafieux sont identiques. Ils suivent en apparence une sorte de code d'honneur qu'ils bafouent sans cesse. On ne tue pas un capo par exemple sauf si...

Deuxièmement, cela pose une seconde question (sous-jacente et très intéressante) : qu'est-ce que la critique ? Est-elle forcément négative ? Est-ce qu'une attaque verbale est une critique ? La critique est avant tout discussion, recul, remise en question de ce qui est écrit et donc de ce qui est lu. La moindre contradiction est souvent considérée (à tort bien souvent) comme une réelle agression (par la majorité, dans laquelle par honnêteté je m'inclue), il est donc manifeste que la règle existe, tout du moins, dans l'inconscient du blogueur.

Ce qui, à mon sens, empêche la blogosphère de devenir l'espace de débat qu'elle mériterait d'être.

(c'est un chouette texte, ironique comme il faut)

Dorham a dit…

Ou pas, ce qui fait que c'est moi qui devient ironique là.

En fait, c'est pile poil une critiquen moi j'dis (co. audine)

Le coucou a dit…

La contradiction n'est tout de même pas rare dans les blogs, la difficulté c'est de l'admettre, et qu'elle puisse se développer sans dérailler. D'autre part, dans le monde des livres, rien n'est pire que le silence. Descendre un livre, c'est déjà reconnaître son existence. Et il n'est pas possible d'aller commenter dans le bouquin des autres…

Cratyle a dit…

Trés d'accord avec Eric + Dorham. D'ailleurs, c'est le couple billet + commentaire qui donne tout son sel à l'idée.

Spermy a dit…

personnellement je ne linke que les merdeux.

Eric Mainville a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Eric Mainville a dit…

@Nicolas,

Tes critiques sont contrebalancées par tellement de renvoi d'ascenseur
qu'on te les pardonne aisément (et ceci n'est pas une critique!)

@Gaël,

Voilà! Etre fidèle à sa nature, c'est important.

@marie-geores,

Tu vas dans mon sens.

@Didier Goux,

Je n'ai pas lu sur votre blog de critique d'autres blogueur, ou
peut-être une ou deux fois. Vous critiquez plein de choses, mais
rarement les blogueurs!


@Dorham,

Oui.

@le coucou,

La contradiction, oui, souvent, mais l'attaque ad hominem frontale,
plus rarement.

@Spermy,

Je soutiens ton combat.

Audine a dit…

Heuuuuuuu Eric, tout de même, dire de Didier Goux qu'il ne fait pas de critique d'autres blogueurs ou alors une fois ou deux, c'est soit être pas mal myope, soit être de mauvaise foi.
C'est tout de même un de ses sports préférés.
(même s'il traverse des périodes où c'est moins exacerbé).

Je ne suis pas convaincue par le fond de ce billet.
Plus que les classements de TechnoMachin, c'est l'idée de s'épargner des tensions supplémentaires sur le Net, qui est quand même un passe-temps, je crois, qui arrête les critiques.
Et puis le "il faut bien vivre ensemble" (un peu comme il faut bien partager la même salle des profs).
En fait, pour un blogueur, un écrivain, un joueur de foot, quel est l'intérêt de critiquer un "confrère" ?
Sauf dans le débat politique, et peut être dans la ... critique.

C'est rigolo l'histoire du critiqueur qui succombe sous l'attaque des trolls de son adversaire !!
Ca ressemble à "Histoires Naturelles" : la vie des bêtes sauvages comme si vous y étiez !!

Eric a dit…

@Audine,

Tu as raison, si on ne critique pas trop les autres, c'est surtout pour avoir la paix!

Les classements genre technomachin, c'est quand on a une approche un peu "expansionniste" du blog.

Oui, le monde des blogs reproduit des comportements qu'on trouve dans le monde animal. Le blogueur, selon moi, ne lutte pas contre son milieu, il s'y adapte. C'est la loi du milieu.

martine silber a dit…

ça me rappelle les lois des robots d'asimov....l'esprit critique n'a jamais fait de mal à personne à condition d'étayer ses remarques,sinon, on s'ennuie vite....

martin a dit…

Vous dites que la critique n'existe pas ou si peu, sur les blogs. Si vous évoquez la critique négative, je crois bien qu'elle existe, non pas dans sa manifestation réalisée : l'un attaquant l'autre - c'est assez rare -, mais dans son absence même, c'est-à-dire dans le désintérêt que nous suscitons les uns et les autres chez les visiteurs de nos blogs. Qui pourrait m'affirmer qu'il ne se sent pas blessé d'une certaine manière, et à des degrés divers, lorsqu'il constate le mutisme de tel ou tel blogueur dont il aimerait recevoir un signe, une "attention" mais qu'il ne parvient pas à "retenir" chez lui à son grand dam, et auquel il ne parvient pas non plus à tirer le moindre commentaire? ah quel malheur !

La critique, informelle dans ce cas largement majoritaire en regard de l'attaque directe, est certainement beaucoup plus acerbe qu'il n'y paraît, non ?

J'dis ça j'dis rien hein...

:)

Rosselin a dit…

La loi du silence était la même chez les journalistes. Mais elle a fait long feu. Les blogueurs suivront la même route.

JR

Eric a dit…

@rosselin,

rien d'absolu dans cette loi: il y a plein d'exception. Chacun fait selon sa personnalité!

Anonyme a dit…

Your blog keeps getting better and better! Your older articles are not as good as newer ones you have a lot more creativity and originality now keep it up!